Les sapins de Noël Nordmann retiennent le CO2

La croissance de la plante, c’est-à-dire la formation de matière organique, a lieu lorsque la plante consomme le CO2 présent dans l’atmosphère. Les arbres de Noël sont d’excellents consommateurs de CO2. Le CO2 qu’ils utilisent dans leurs processus vitaux est transformé en carbone, et ce carbone est retenu dans le tronc, les branches, les aiguilles et la terre. En un an, un arbre de Noël prêt à la vente consomme environ 4 kg de CO2. Durant ses dix ans de vie, sa consommation atteint 18 kg de CO2. Un seul hectare d’arbres de Noël retient ainsi annuellement 3,3 tonnes de carbone ou 12,2 tonnes de CO2. C’est le même volume que nous retrouvons dans les forêts danoises.

Cela s’explique par le fait que les arbres de Noël sont plantés densément et croissent rapidement. Ils prennent jusqu’à 2 cm par jour et ont de nombreuses générations d’aiguilles. Lors de la coupe des arbres, de grandes quantités d’aiguilles, de branchages et de racines sont laissées sur place et se décomposent lentement pour faire partie du réservoir de carbone terrestre. La lenteur du processus constitue un avantage dans la mesure où il permet de mieux retenir le carbone dans la terre. En outre, la préparation des sols liée à la production des arbres de Noël est un processus à faible impact qui ne fait que « gratter » la surface de la terre et n’a lieu qu’une fois tous les dix ans. Le puits de carbone reste ainsi peu perturbé, en comparaison avec d’autres productions agricoles.

La capture de CO2 est favorisée par l’utilisation d’une fertilisation limitée et ciblée, de sorte que les arbres croissent rapidement et retiennent beaucoup de CO2.

Lorsque les arbres de Noël, une fois les fêtes terminées, sont utilisés pour être brûlés à la place du pétrole, du charbon ou du gaz, les combustibles fossiles sont alors supplantés. Les arbres de Noël permettent donc de réduire les émissions de CO2 fossile dans l’atmosphère et contribuent positivement au bilan carbone. Dans l’idéal, les arbres de Noël vendus au Danemark permettraient de chauffer annuellement plus de 2000 foyers. Mais les arbres de Noël sont très souvent envoyés à la déchetterie et finissent au compostage où le carbone accumulé est alors rejeté dans l’atmosphère tandis que le compost profite aux installations communales et aux jardins des particuliers.

Growing Christmas Trees means leaving roots, branches and needles back in the field for CO2 binding